Biosolutions & Biocontrôle : les nouvelles du réseau AgrOnov

Biosolutions et biocontrôle – Le premier semestre de 2023 a été propice aux retours d’expériences et aux essais de produits de biocontrôle au sein du réseau AgrOnov. Retour sur les nouveautés issue des salons et des essais déroulés chez les membres du réseau dédié à l’innovation agricole.

Les biosolutions sont un des leviers disponibles dans le cadre de la transition agricole : les produits dits de « biocontrôle » sont utilisé pour la lutte contre les maladies et les ravageurs, les produits dits « biostimulants » désignent les moyens de stimulation de la plante et ses défenses naturelles. Ces nouvelles solutions sont développées pour différentes cultures, mais également pour les différentes étapes de la production et de la transformation des produits issus de l’agriculture.

Ces nouvelles solutions représentent un vif intéret pour beaucoup d’acteurs des filières agricoles en tant qu’alternatives potentielles aux produits phytosanitaires classiques dans une logique d’adaptation à l’évolution des normes de production et de limitation du nombre de molécules disponibles pour la lutte contre les maladies et les ravageurs.

Depuis 2022, AgrOnov anime un groupe de travail « Sol et biosolutions » rassemblant plusieurs entreprises innovantes, instituts techniques et acteurs des filières agricoles. La journée « Sols et et biosolutions » organisée le 17 novembre 2022 avait rassemblé près de 70 professionnels des filières pour partager la vision de la science, l’avis des interprofessions, et les solutions innovantes disponibles. La prochaine édition de cet événement aura lieu le 16 novembre 2023.

A travers son travail de veille et d’animation sur cette thématique à enjeu fort, AgrOnov revient deux actions emblématiques du réseau concernant les biosolutions depuis janvier : la présentation des résultats d’essai de biocontrôle en viticulture via le projet BIOVI, et les essais de l’entreprise De Sangosse.

Biosolutions et biocontrôle : le projet BIOVI apporte des résultats encourageants au Vinequip 2023

Le Vinequip, a été l’occasion pour les acteurs viticoles d’adresser les enjeux de cette filière, notamment autour de la transition agroécologique. Des résultats d’expérimentations sur l’intégration de produit de biocontrôle dans les itinéraires viti-vinicoles ont été présentés dans le cadre du projet BIOVI porté par l’Université de Bourgogne.

Replay de la conférence  » Le projet BIOVI porte sur la « Réduction des intrants chimiques de la vigne au vin par le biocontrôle et la bioprotection » donnée lors du VINEQUIP 2023.

Le projet BIOVI : quel impact du biocontrôle sur le raisin et le vin ?

Le projet BIOVI porte sur la « Réduction des intrants chimiques de la vigne au vin par le biocontrôle et la bioprotection ». Un programme d’expérimentation a été réalisé au sein des parcelles du Vinipôle Sud Bourgogne. Piloté par Florent BIDAUT du Vinipole, cette expérimentation a pour objectif de comparer deux itinéraires de protection différent (conventionnel raisonné vs biocontrôle) et d’identifier leurs impacts sur différentes caractéristiques des baies et des mouts. Par la suite les laboratoires partenaires ont fait des études autour de la vinification et la bioprotection. 

Des résultats encourageant pour le biocontrôle à la vigne !

Les résultats présentés sont encourageants :

  • Sur les expérimentations réalisées, la protection sanitaire apportée par les produit de biocontrôle est jugée satisfaisante par rapport aux produits conventionnels.  
  • Des diversités microbiennes épiphyte et endophyte avec les mêmes ordres mais avec une abondance différentes selon l’itinéraire technique choisit (conventionnel ou biocontrôle) et avec un fort effet du millésime. Les conclusions ne sont pas claires concernant les diversités spécifiques. 
  • Au niveau des caractéristiques métaboliques, des signatures métaboliques spécifiques apparaissent en fonction du type de conduite.  Pour l’analyse des moûts, les différences entre les conduites s’expliquent également par l’effet millésime. 

La bioprotection du vin : quelle efficacité et quelles différences ?

La conférence s’est ensuite orientée vers les résultats autour de la bioprotection lors de la vinification. La bioprotection consiste en l’ajout de microorganismes au mout afin d’empêcher le développement de la flore d’altération. 

Ainsi, nous avons pu apprendre que : 

  • Les vins sulfités ont une plus grande capacité antioxydante 
  • Les sulfites permettent de mieux protéger les composés phénoliques
  • Les composés azotés seront impactés selon la protection utilisée (bioprotection ou sulfites). La bioprotection favorisera les lipides tandis que les sulfites favoriseront les peptides. 
  • Concernant l’analyses sensorielle, les profils sont très similaires quel que soit la protection utilisée. 

Cependant, il a été mis en avant qu’il est nécessaire de poursuivre les essais et les analyses pour voir notamment les impacts potentiels sur le plus long terme. 

DE SANGOSSE  mène des essais pour se protéger des limaces en Bourgogne Franche-Comté

DE SANGOSSE, fabricant de biosolutions pour l’agriculture, a invité ses partenaires dans le cadre d’une visite d’essais sur un produit anti-limaces. 

Les limaces sont des ravageurs qui peuvent causer d’énormes dégâts sur les jeunes plantules au printemps. Les agriculteurs font face à deux types de limaces : les grises et les noires. Les noires sont généralement plus souterraines et plus lentes que les grises d’après les témoignages. Ainsi, les limaces noires sont généralement plus difficiles à détecter. Il est important de noter que, quel que soit le type de limace, pour être visible, il est nécessaire que les limaces reçoivent des stimuli biologiques (comme l’humidité). 

Quelle efficacité du biocontrôle sur les limaces ?

DE SANGOSSE a donc élaboré deux produits pour lutter contre les limaces : le METAREX DUO et l’IRONMAX PRO. Ces deux produits, ayant tous deux une belle efficacité, ont une composition différente en matières actives. Pour découvrir les produits et leurs atouts plus, de 150 professionnels se sont déplacés pour voir les essais. 

Ces solutions permettent de diminuer fortement l’utilisation de produits à base de métaldéhyde ayant une concentration supérieure ou égale à 3%, classés CMR2 (Cancérigène, mutagène, reprotoxique de niveau 2). D’après les résultats d’essais, ce sont deux alternatives très intéressantes pour les agriculteurs. 

Les essais ont été construits avec un témoin et sept produits présentant notamment des taux de matières actives différents

Les produits DE SANGOSSE montrent une efficacité de plus de 90% au troisième jour après la disposition du traitement contrairement aux produits comparatifs situés entre 31 et 55 %. Ces mêmes produits ont été mis en même quantité et sur la même surface que les produits comparatifs mais sont plus nombreux à rester à la fin.  

Ces produits DE SANGOSSE ont été formulés pour être appétant pour les limaces. Leur composition comprend des substances actives efficaces qui permettent d’en limiter la dose utilisée. Leur forme a aussi été étudiée pour être plus résistante à la casse lors de l’épandage. En effet, une forme sphérique va diminuer la résistance à l’air, et ainsi permettre d’aller plus loin lors de l’épandage vis-à-vis de produits de forme cylindrique. La pression apportée par la vitesse lors de l’épandage casse les granulés anti-limaces et le fait qu’un granulé soit cassé en réduit fortement son efficacité pour différentes raisons comme l’augmentation de sa sensibilité à la pluie. 

Ces résultats probants de l’efficacité des produits de DE SANGOSSE sont issus d’une R&D importante afin d’améliorer l’efficacité de leur produit tout en limitant les coûts environnementaux et financiers pour l’agriculteur ! 

Toutes les Actualités